François Gros-Louis, Ph.D.
 FGrosLouis   

Professeur-chercheur

Tel: 418 649 0252 poste 61708

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

 

Les maladies neurodégénératives forment un sous-groupe de maladies neurologiques qui frappent généralement les adultes, indépendamment de leurs antécédents socioéconomiques ou de leur sexe, et dont l’issue est mortelle à plus ou moins long terme après l’apparition des premiers symptômes. L’un des défis majeurs auxquels les scientifiques est confronté pour développer de nouveaux traitements est le manque de compréhension des mécanismes biologiques et moléculaires qui sous-tendent ces maladies chroniques graves.

Titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en bio-modélisation et traitement des maladies du cerveau, le Dr François Gros-Louis est un jeune chercheur spécialisé dans l’étude des maladies neurodégénératives et dans l’utilisation de modèles cellulaires et animaux pour le développement de nouvelles thérapies. L’objectif principal du programme de recherche de notre équipe de recherche vise à développer des modèles cellulaires et animaux novateurs pour étudier les maladies neurodégénératives causées par des anomalies de conformation protéique.

L’agrégation des protéines, à la suite de leur dépliement partiel ou repliement alternatif, est à l’origine de plus de 20 maladies chez l’homme que l’on appelle « maladies conformationelles » qui se traduisent par des dégénérescences cellulaires. Plus spécifiquement, nos recherches visent, entre autre, à mieux comprendre les mécanismes de neurodégénération associés à la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), une maladie encore incurable provoquant la dégénérescence spécifique des neurones moteurs et la mort du patient dans les 3 à 5 ans suivant le diagnostic. Cette compréhension passe par le développement de nouveaux modèles, en particulier dans le domaine des neurosciences et des maladies neurodégénératives, étant donné l’inaccessibilité des cellules et du tissu nerveux. Il y a maintenant plusieurs études identifiant des changements physiologiques au niveau de la peau chez les patients atteints de la SLA, de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson et autres maladies neurodégénératives.

Par conséquent, la production de peau reconstruite in vitro par génie tissulaire pourrait représenter une source renouvelable de tissue humain, rapidement et facilement accessible afin de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques sous-jacent à ces maladies et de développer des outils novateurs pour l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques et la mise au point de nouveaux outils diagnostiques précoces.

Équipe

placeholderimage

Lydia Touzel Deschênes, M.Sc.

Assistante de recherche

placeholderimage

Todd Gralbraith, B.Sc.

Professionnel de recherche

placeholderimage

Bastien Paré, M.Sc.

Étudiant au Doctorat

 

 

placeholderimage

Vincent Roy, M.Sc.

Étudiant au Doctorat

 

 

 

François Gros-Louis

Publications récentes

Paré B, Berthod F, Gros-Louis F. The Relation between ALS and the Skin: A Novel Human In Vitro Model to Identify New Biomarkers. J Mol Biomark Diagn. (2015); 6:e121. doi:10.4172/2155-9929.1000e121

Paré B, Touzel-Deschênes L, Lamontagne R, Lamarre M-S, Scott F-D, Khuong HT, Dion PA, Bouchard J-P, Gould P, Rouleau GA, Dupré N, Berthod F, Gros-Louis F. Early detection of structural abnormalities and cytoplasmic accumulation of TDP-43 in tissue-engineered skins derived from ALS patients. Acta Neuropathol Commun. 2015;3(1):5. doi:10.1186/s40478-014-0181-z.

Tags: